L’Illusion
Maxime Chattam

Il fallait bien que ce jour arrive. De quel jour est-ce que je peux bien parler, devez-vous vous demander. Du jour où je reprendrai enfin le clavier pour vous taper une nouvelle chronique ? Oui, aussi. Mais surtout : du jour où je lirai enfin mon premier Maxime Chattam. Merci aux éditions Albin Michel pour cette lecture.

Le résumé

Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été.
Ne reste qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces « visions » qui le hantent, cette disparition soudaine…
Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs?
Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison…
Bienvenue à Val Quarios, une « jolie petite station familiale » ou la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été.
Un thriller haletant et effrayant, au dénouement vertigineux.

Mon avis

Avant aujourd’hui, je n’avais jamais angoissé en lisant un roman. Souvent, lorsque je lis des avis, je remarque que certaines lectures provoquent de véritables réactions physiques chez leurs lecteurs, et c’est une chose qui ne m’était encore jamais arrivée avec l’angoisse ou la peur. Pourtant, j’en ai lus, des thrillers, je travaille dans une maison d’édition qui en édite tous les mois. Ce fut donc une première pour moi.

La force de ce roman repose selon moi sur l’atmosphère terriblement oppressante que Maxime Chattam a réussi à installer. Je n’ai jamais lu l’auteur, je n’ai donc aucun point de comparaison et j’ignore si ce roman-ci est plus ou moins fort comparativement à ses précédents. Toujours est-il que sur moi, la réaction a été immédiate : j’avais peur. Cela est probablement lié au fait que je l’ai commencé seule dans mon appartement, en pleine nuit, alors que j’entendais le vent souffler dehors.
J’ai aimé me plonger dans une ambiance Shining clairement assumée… mais pas que. L’auteur en joue, il y glisse des références qui tireront un sourire à ceux qui sauront les reconnaître. Mais les similitudes s’arrêtent là, car rien dans l’histoire ni dans les personnages ne s’apparentent au classique.

Hugo est un héros dont on aime douter. Il a su me perdre dans les étranges visions qui peuplent son esprit, m’égarant dans son imaginaire. J’aimais ignorer si Chattam allait délibérément nous emmener vers du paranormal, ou si tout aurait une explication rationnelle. La seule façon pour vous de connaître la réponse sera de découvrir par vous-même…

Cependant, malgré l’excellente impression que m’a fait ce début de lecture, j’ai été très déçue par son dénouement. J’avais tellement peur tout au long des chapitres que j’en étais venue à imaginer un tas de scénarii dont finalement aucun ne s’est révélé juste. Rien dans cette fin ne s’est réellement déroulé comme je l’avais prévu. L’ennui, c’est que ce que j’avais en tête me paraissait plus surprenant que le dénouement que nous a servi l’auteur. J’ai trouvé que cette fin n’était pas à la hauteur des sentiments que m’avaient inspirés ma lecture.

En conclusion

J’ai adoré me plonger dans l’ambiance terrifiante et angoissante de ce thriller. Jamais je n’avais ressenti la peur en lisant un roman, c’est désormais chose faite grâce à Maxime Chattam ! Je regrette cependant un dénouement que je n’ai pas trouvé à la hauteur de ma lecture, et qui m’a semblé plonger un peu dans la facilité. Dommage !

La Parisienne

2 réponses

Répondre à Carnet Parisien Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *