Voilà bien cinq ans que ce roman dort dans ma PAL. Il m’aura fallu un moment de pénurie littéraire pour me décider à l’emporter en week-end, et quelle belle surprise !

Le résumé

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psychologique dans un scénario implacable.

Mon avis

Malgré les excellents avis que j’ai pu lire sur ce roman, j’ai longuement tardé à l’ouvrir car je n’étais absolument pas attirée par cette couverture. J’ai découvert via les réseaux sociaux que j’étais en réalité loin d’être la seule à faire sommeiller ce beau roman dans ma PAL ! C’est vraiment dommage, car je me suis privée d’un coup de cœur pendant longtemps, mais je suis heureuse de l’avoir découvert « par hasard » : je partais en week-end et je n’avais pas emmené de livres, j’ai donc fouiné dans ma pile à lire chez mes parents (toujours prévoir une pile à lire chez ses parents en cas de désœuvrement littéraire !) et j’y ai déniché ce petit précieux. Je voulais une lecture rapide, et non un gros pavé.

Je n’avais aucune attente particulièrement avec cette lecture, et c’est très certainement la raison pour laquelle j’ai tant aimé ce livre. J’ai tout de suite été prise au jeu de ce drôle de « corbeau » qui envoie un courrier anonyme à Camille, l’héroïne du roman. Plus les pages s’enchaînaient, et plus je me prenais à vouloir en savoir plus, tout comme Camille. Jusqu’à ce que le couperet de la vérité tombe.

Sur le moment, j’ai été déroutée par cette lecture. On nous parle d’une naissance dans les années 1940, la narration de Camille n’est pas datée, mais par un calcul rapide, on comprend que l’intrigue prend place en 1975. Une fois cette information intégrée, j’ai pleinement pu m’immerger dans cette narration.
Le Confident est une lecture sur la guerre, sur la maternité, sur les promesses, sur les non-dits, sur les secrets. C’est un roman puissant, dont le contexte historique est comme une araignée qui tisse sa toile autour des protagonistes.

En conclusion

J’ai tout simplement adoré ce roman, et je regrette d’avoir attendu aussi longtemps avant de le lire. C’est une très belle histoire que j’ai découverte, elle m’a serré le coeur. Cette plongée au sein d’un secret enfoui aussi longtemps n’a pas été sans écho à certains événements récents de ma vie. Je n’ai qu’une hâte : prêter et recommander ce roman tout autour de moi. Lisez-le, vous ne serez pas déçus.

Mélusine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.