La lumière était si belle
Carène Ponte

Le résumé

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Mon avis

Chaque année, je suis au rendez-vous pour découvrir la nouveauté de Carène Ponte que je suis depuis son tout premier roman, Un merci de trop. Souvent, je passe des moments agréables mais j’attends toujours plus des romans de Carène, et cette année, j’ai enfin trouvé ce qu’il me manquait.

Ce roman parle de Megg, une jeune maman qui subit de plein fouet le poids de la charge mentale. J’ai aimé que Carène s’attaque à cette question, sans trop en faire, avec son ton très enjoué. J’ai aussi apprécié sa fille et les problématiques auxquelles elle fait face, à son jeune âge. Je ne m’y attendais pas et j’ai trouvé ça bien traité.
Dans ce roman, on s’éloigne des clichés auxquels Carène m’a habituée et j’ai trouvé une réelle évolution dans le contenu de l’intrigue. Megg va également devoir se détacher de l’image qu’elle a de sa mère en tombant sur des clichés qui vont beaucoup la surprendre.

J’ai aimé le personnage pétillant de Romy, qui est tout en joie et en couleurs et qui apporte un brin de fraîcheur au récit.

Il y a des facilités dans ce roman, j’ai été un peu déçue que le roadtrip se limite au simple prétexte pour faire du shopping alors qu’il y avait possibilité d’en apprendre davantage sur les pays traversés, mais cet élément ne m’a pas pesée non plus. J’ai un peu tiqué également sur la coupe de cheveux que Megg improvise en Bulgarie, je me suis sincèrement demandé qui faisait ça mais après débat au sein du club fleuve, il semble que les personnes qui vont chez le coiffeur à l’étranger existent ! ahah

En conclusion

J’ai passé un bon moment avec ce nouveau roman de Carène, qui est mon préféré de l’autrice à ce jour. Il y est question de sujets plus profonds à mes yeux que dans les précédents, et traités avec habileté. Une lecture que je recommande !

Mélusine

De la même autrice :
Un merci de trop
Tu as promis que tu vivrais pour moi
Avec des si et des peut-être
D’ici là, porte-toi bien
Gros sur le coeur
Vous faites quoi pour Noël ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.