41vuoqPIaVL._SX304_BO1,204,203,200_La Dame aux Camélias,
Alexandre Dumas fils

Voici le premier classique dont je vais parler sur le blog. Et c’est bien parce qu’il ne s’agit pas d’un exercice facile que je ne souhaitais pas aborder cette catégorie d’ouvrages lors de la création de Carnet Parisien. Qui suis-je pour juger une oeuvre dont la postérité a déjà construit la réputation ? Mais après tout, je ne suis pas là pour juger… simplement pour vous livrer mes impressions de lectures. Alors… Here I am !

Le résumé

Armand et Marguerite vivent un amour immense qui survit à tous les obstacles et à toutes les tromperies. Le père d’Armand interdit cet amour inconvenant. Mais rien n’aura empêché le bonheur d’aimer, la virginité retrouvée, l’argent et les conventions dédaignés. L’amour véritable, c’était pour Marguerite l’espoir, le rêve et le pardon de sa vie. Tout lui fut donné, mais à quel prix !

Mon avis

Je crois que cela fait trois ans que je n’ai pas ouvert un classique, c’est-à-dire depuis que j’ai été diplômée d’une licence de lettres. Bon. Je vous avoue que j’ai un peu honte, et que je suis infiniment reconnaissante à Bénédicte d’avoir pallié ce manque grâce à notre swap.

Cette oeuvre est bien connue pour retracer l’une des plus belles histoires d’amour de notre patrimoine littéraire. Et c’est non sans appréhension que je m’étais lancée dans cette lecture, tant j’en avais entendu du bien. A présent que j’ai lu, et aimé La Dame aux Camélias, j’ai bien du mal à vous en parler !

La narration s’effectue à travers une mise en abîme : le narrateur initial laisse progressivement la parole à Armand, qui lui livre son histoire depuis sa rencontre avec Marguerite. C’est un procédé astucieux que j’ai beaucoup aimé : puisque c’est le protagoniste qui prend la parole, l’on se sent d’emblée plus proche de lui, et l’on partage bien vite les sentiments qui le traversent. Son amour, sa passion, sa tristesse, son désespoir sont les nôtres à mesure que progresse le récit dont on connaît l’inévitable fin dès le départ.

J’ai aimé ce récit à rebours, ce suspense qui n’en est pas vraiment un qui nous amène à nous interroger sur ce qui a bien pu séparer les routes d’Armand et de Marguerite. Tout au long du récit, l’ombre de la tragédie et du drame plane sur nos deux amants. Il n’est pas difficile de deviner les raisons de cette rupture, et ce n’en est pas moins prenant de reconstituer le poids des moeurs dans une époque qui parvient à séparer deux êtres qui s’aiment… Les choses ont-elles vraiment évolué depuis ? C’est une autre question !

En conclusion

Il était bien temps de me reprendre en main et de me réconcilier avec les classiques. Pour cela, La Dame aux Camélias fut une lecture enchanteresse. Une très belle histoire d’amour, tragique, qui ne pourra laisser personne indifférent !

6 Je recommande

La Parisienne

0 réponse

  1. Quand j’ai lu le livre, même si je savais comment ça se terminait, j’espérais que la fin change… Je ne voulais pas que ça se termine comme ça ! Mais effectivement c’était une bonne lecture ! Plus qu’à voir la Traviata à l’opéra maintenant !

  2. C’est toujours délicat de parler des classiques je trouve ! J’en ai lu tellement tout au long de mes études, depuis quelques temps je me suis rendue compte que je n’en lisais quasiment plus alors qu’avant je ne lisais que ça ! Normalement je devrais m’y remettre cette année mais bon :p
    En tout cas la dame aux camélias et un super roman, je me rappelle que j’avais beaucoup aimé !

  3. Oh, je suis ravie que tu aies apprécié. « Une lecture enchanteresse », c’est exactement ce que je ressens vis-à-vis de ce roman. Il vaut vraiment le coup d’œil (j’avais tellement peur que tu n’aimes pas du tout !!).

  4. Je l’ai fini début février, je l’ai vraiment apprécier même si j’avoue m’être attendue à un poil mieux 🙂
    Au final j’ai trouvé la biographie d’Alexandre Dumas à la fin du livre encore plus intéressante que l’histoire elle même, je ne sais pas pourquoi mais j’apprécie vraiment cet auteur, en tant que personnage historique ^^

      1. Moi aussi en général, surtout que les éditions se disent « comme c’est un classique tout le monde connaît déjà l’histoire ! » et la préface te spoile abondamment ^^ !
        Mais là c’était particulièrement bien écrit et j’ai appris que la grand mère d’Alexandre Dumas était une esclave noire ce qui m’a éclairé sur le fait qu’il soit aussi frisé ^^

Répondre à La bibli de Momiji Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.