J’arrête la pilule
Sabrina Debusquat

Il y a des livres que l’on prend plaisir à lire pour se détendre, d’autres qui au contraire ont une vertu pédagogique… C’est dans un but totalement instructif que je me suis tournée vers ce livre qui m’a été prêtée par une amie. Et je suis contente de pouvoir vous en parler aujourd’hui.

Le résumé

La pilule : un scandale sanitaire qui touche 4,5 millions de femmes ! Alors, faut-il ou non l’arrêter ? Pour les 50 ans de la pilule, retour sur les effets sur la santé du moyen de contraception le plus utilisé en France.

Mon avis

Ce livre tombe à point nommé dans ma vie de femme. Vous le savez, je suis féministe, je me pose donc beaucoup de questions sur ma condition de femme dans une société patriarcale. La contraception est l’une de ces nombreuses sources d’interrogations sur laquelle je me suis penchée récemment, me rappelant d’une part dans quelles circonstances la mienne m’avait été prescrite, et m’interrogeant d’autre part sur son côté révolutionnaire.
Quand Flora m’a prêté ce livre, elle m’a prévenue : il y a un avant, et il y aura un après. Je suis tout à fait d’accord avec cela. Il y a clairement eu un avant, et il y aura très clairement un après dans ma vie de femme. Un après au cours duquel jamais plus je ne toucherai à une pilule de ma vie.

Ce livre recontextualise l’arrivée de la pilule au sein de notre société. C’est vrai, on nous l’a présentée comme une révolution féministe. Les femmes se sont battues pour l’obtenir, et nous l’avons. Oui, nous bénéficions de la liberté de pouvoir choisir cette contraception. Nous devrions, en tant que femmes, bénéficier également la liberté d’effectuer ce choix en toutes connaissances de cause. Comment la pilule est-elle arrivée sur le marché pharmaceutique ? Dans quelles circonstances ? Lisez cet essai, et vous verrez, cela vous causera sûrement des sueurs froides.
On peut être féministe, respecter le combat des femmes qui se sont battues pour la contraception, et également s’interroger aujourd’hui sur les effets de la pilule et remettre en question son efficacité et son existence.

Dans ce livre, il est vrai que le corps médical n’est pas épargné. Et pour cause ! Quand je repense à ma propre expérience, avec la pilule, je me rends compte d’à quel point le chemin est déjà préconstruit. M’a-t-on proposé une alternative lorsqu’on a commencé à me la prescrire ? JAMAIS. Et dans quelles circonstances me l’a-t-on prescrite ? Parce que je devais commencer un traitement contre l’acné très nocif et qu’il était impératif de ne pas tomber enceinte. M’a-t-on cru lorsque j’ai affirmé que je n’avais pas de copain et donc pas de risque de tomber enceinte ? A aucun moment. Le corps médical m’a donc imposé (et j’insiste sur ce terme) une pilule contraceptive. J’avais 16 ans. N’est-ce pas infantilisant ? Je n’ai pas eu mon mot à dire en ce qui concernait mon propre corps. Les médecins ne m’ont pas cru lorsque je disais ne pas avoir de copain, et ne m’ont pas fait confiance lorsque j’ai affirmé qu’il n’y avait aucun risque que je tombe enceinte. Voilà comment j’ai commencé à introduire cette dose d’hormones dans mon corps. Ca a duré 10 ans.

Aujourd’hui, après avoir lu un tel livre, il me paraît impératif d’arrêter de consommer la pilule, et d’encourager les femmes autour de moi à se renseigner. D’autres alternatives existent. La contraception ne devrait pas être uniquement une affaire de femmes. 

En conclusion

Ce livre est un tournant dans ma vie de femme. Comme je suis heureuse de l’avoir lu ! J’aurais aimé pouvoir le faire plus tôt, mais mieux vaut tard que jamais. C’est la raison pour laquelle je ne peux que vous encourager à vous y intéresser. Nous sommes tous et toutes concernés par la pilule, c’est un élément qui affecte nos existences quotidiennes. Il est impératif de savoir dans quel contexte cette pilule a fait son apparition, et de connaître ses effets indésirables bien souvent cachés par l’industrie pharmaceutique. Lisez ce livre.

La Parisienne

25 réponses

  1. Je n’ai jamais pris la pilule, je n’ai jamais été plus loin mais je ne suis pas à l’aise avec l’idée de me bourrer d’hormones ou je ne sais quoi. Et voir plusieurs amies choper des m*rdes avec leur pilule m’a convaincue que j’avais fait le bon choix. Par curiosité et vu ce que tu en dis, j’ai bien envie de lire ce livre en tout cas !

  2. Tu as complètement raison dans le sens où aucune alternative thérapeutique n’est proposé aux jeunes femmes à l’heure de leur première contraception, les médecins ne nous parlent QUE de la pilule. Parce qu’elle est bien souvent présentée comme la plus efficace.
    Aujourd’hui maman, je ne suis plus sous pilule mais je serai vigilante quand mes filles seront grandes de voir ce qui leur est proposé.

  3. Sujet super intéressant en effet, je l’ai arrêté aussi il y a quelques années, et certaines personnes avec qui j’ai eu l’occasion de discuter ont essayé de me faire culpabiliser en me parlant du grand combat que ça a été, etc… Grand combat que le droit à la contraception oui, mais cela n’empêche pas de discuter de la pilule en elle-même, de ses effets néfastes et de se demander pourquoi il s’agit d’un des seuls moyens de contraception proposé aujourd’hui à grande échelle.

    1. On ne devrait jamais avoir à faire culpabiliser une femme, et encore moins avec ce genre d’arguments très rétrogrades 🙁 la pilule, et la contraception, est une affaire personnelle !

  4. Voilà une lecture intéressante ! Je m’interroge aussi beaucoup en ce moment, depuis que j’écoute quelques podcasts féministes et autres et je ne sais plus quoi faire de ma pilule !

  5. Ça a l’air super interessant! Depuis que j’ai accouché, je n’ai pas repris la pilule et je ne pense pas le faire un jour car après plus de dix ans à la prendre, je me rends bien compte de tous les effets que ça avait sur mon corps…

  6. Je ne prends pas la pilule par choix, certes j’ai déjà eu un copain mais ce n’est pas pour autant que je l’utilisais 😊 Je n’aime pas cette intrusion dans mon corps d’hormones qui peuvent tout dérégler et donc casser le naturel. Aujourd’hui je n’ai personne et même si j’avais quelqu’un je ne la prendrai pas 😊

  7. Tu connais ma position sur les hormones contraceptifs. Depuis que j’ai arrêté d’en prendre, je revis ! Mon corps change tellement, et j’ai enfin l’impression de pleinement être devenue femme, c’est fou. Plus jamais je n’en prendrais, c’est une certitude après une année sans. D’ailleurs, j’ai un nouveau gynécologue depuis 2 ans, et il m’a pleinement encouragé dans cette voie en m’expliquant toutes les conséquences néfastes pour le corps. Le corps médical a évidemment aussi de bons éléments, et ça fait plaisir de s’en rendre compte par soi-même et donne espoir pour la suite.

    1. Bien sûr ! Heureusement qu’il existe de bons médecins, je ne mets bien évidemment pas tout le monde dans le même panier 🙂
      Je suis d’accord avec toi, je pense que je n’en prendrai jamais plus non plus.

  8. Effectivement lecture intéressante et nécessaire ! Mais ce livre donne-t-il d’autres moyens de contraception moins dangereux ? Type implant ou le stérilet ou d’autres ? Je ne sais pas si ceux que je mentionne sont moins dangereux, mais je l’espère.

  9. On m’a imposé la pilule aussi pour ce traitement si joyeux contre l’acné.. j’avais 11 ans.
    Aujourd’hui je vais en avoir 22 et j’ai arrêté la pilule il y a à peine trois mois.. Pourquoi ? Parce que je ne connais plus mon corps et que je suis assez sûre que 11 ans de pilule en commençant si jeune a pu impacter certaines difficultés que je peux avoir à tous les niveaux..
    Mais je n’ai pas lu ce livre et c’est une belle découverte qui me fera sûrement du bien !

    1. Je suis exactement dans le même cas que toi, je l’ai prise pendant 10 ans même si j’ai commencé plus tard que toi.
      11 ans, mon Dieu… c’est beaucoup trop jeune. C’est dingue !!!

  10. Hello ! J’ai actuellement pris-arrêté-repris-arrêté-repris-arrêté la pilule. Je sais que c’est extrêmement mauvais d’alterner et j’en deviens complètement perdu. J’ai arrêté la première fois grâce à mon voyage en Australie qui m’a redirigé vers une vie plus naturel et je voulais retrouver les propriétés de mon corps. Malheureusement, une poussé d’acné me rendant mal dans peau m’a convaincu de la reprendre. Suite à cela, j’ai enchaîné crise d’angoisse sur crise d’angoisse et je me sentais tellement malheureuse et triste alors que ça ne me ressemblait pas les quelques mois avant la reprise. J’ai donc denouveau arrêté et ma dépression a magiquement disparu. Les boutons reviennent et la peur d’être enceinte m’a fait recommencer car aucune études exactes ne prouvent que la pilule est la cause de mes crises d’angoisses. Après à peine 6 jours, me revoilà dans un chaos psychologique qui me pousse à la dépression. J’ai décidé, PLUS JAMAIS je ne retouche à ça de ma vie. Lire vos expériences me fait beaucoup de bien, je me sens moins seule. N’hésitez pas à me dire si vous êtes dans le même cas. Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.