Haute saison
Adèle Bréau

L’an dernier, j’ai adoré ma lecture de Frangines, qui marquait ma première rencontre avec l’autrice. Cette année, j’étais donc au rendez-vous pour Haute saison. Merci aux éditions JC Lattès pour l’envoi.

Le résumé

Anglet, fin juillet. À la réception du Club Océan, Germain accueille comme chaque semaine les nouveaux arrivants, avec un mélange de plaisir et d’appréhension…
Au milieu des habitués, certains clients goûtent pour la première fois aux « joies du club ». Chantal, qui débarque sans grand enthousiasme avec ses petits-enfants, Matthias, papa solo ayant cédé à l’appel de l’option « mini-club », et Fanny, venue en famille pour tenter de resserrer les liens, vont plonger dans ce huis clos aussi enjoué qu’inquiétant, dont la feuille de route est claire : faites connaissance et a-mu-sez-vous !
Mais qu’a-t-on à partager avec des êtres si différents ? Entre tournois de tir à l’arc, plaisirs du self et jeux apéro, ces vacanciers contraints de cohabiter parviendront-ils à rompre la glace malgré les secrets qu’ils ont emportés dans leurs bagages ? Peut-on réparer ce qui a été brisé ? Faut-il se lever à l’aube pour avoir un transat à la piscine 

Mon avis

Qui n’est jamais parti en vacances au soleil dans un club ? Les activités, les buffets, les animateurs… tout cela, ça m’a beaucoup parlé et m’a rappelé quelques souvenirs, ce qui a eu l’avantage de me projeter très rapidement dans l’univers de Haute saison, un roman qui prend place sur une semaine estivale. Le temps de quelques trois cents pages, nous allons croiser plusieurs familles dont les sorts vont s’entrecroiser et dont les chemins vont mutuellement être bouleversés par leurs rencontres.

Ce roman m’a un peu rappelé D’ici là, porte-toi bien de Carène Ponte. J’y ai retrouvé la même ambiance club de vacances et les mêmes bons sentiments. Toutefois, j’ai trouvé un peu plus de profondeur dans le récit de Haute saison, et cela m’a conquise. J’ai notamment été touchée par Fanny et sa fille.

C’est une lecture que je n’hésiterais pas à conseiller autour de moi, à des « petits » lecteurs comme à des plus « gros », car je suis certaine qu’il saura convaincre un très large lectorat. En tout cas, c’est un roman qui m’a fait voyager au soleil et que je ne regrette pas d’avoir ouvert.

En conclusion

Haute saison est une lecture dépaysante, qui sent bon l’été et qui rappellera à tout le monde des souvenirs agréables. J’ai été touchée par l’histoire de ces familles qui s’entrecroisent, et que l’on découvre à travers le regard des autres. Même si j’ai davantage été marquée par le précédent roman de l’autrice, je retiendrai le bon moment que m’a fait passer Adèle Bréau avec Haute saison.

Mélusine

De la même autrice :
Frangines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.