Fleurs_sauvages_c1_largeFleurs sauvages,
Kimberley Freeman
Ma note : 18/20

Encore une magnifique couverture pour un roman édité chez Charleston, et tout autant de critiques enthousiastes. Ajoutez à cela un résumé plus qu’attrayant, et nous faisons face à un dilemme : comment ne pas avoir envie de dévorer ce roman ? Merci aux Editions Charleston !

Mon résumé

Destins croisés : Beattie Baxland, et sa petite-fille Emma, à 80 ans d’intervalle… Beattie n’a pas encore 20 ans lorsqu’elle tombe enceinte de son amant, un homme marié, qui lui propose de fuir en Australie pour échapper aux bonnes moeurs des habitants de Glasgow. Emma, quant à elle, doit faire une croix sur sa carrière de danseuse professionnelle, après s’être blessée au genou, sans aucun espoir de guérison possible. Deux jeunes femmes qui vont devoir renoncer à leurs rêves pour en construire de nouveaux.

Mon avis

Fleurs sauvages est un livre profond et puissant, qui aborde dès les premières pages des thèmes bouleversants comme la grossesse illégitime et l’immigration, puis par la suite l’indépendance féminine ou encore le racisme. La plume de l’auteure est d’une juste qualité, ne sombrant pas dans le pathos malgré la solennité des évènements. J’ai apprécié que le narrateur n’en rajoute pas trop, et que les évènements soient justement dosés. Malgré l’enchaînement des tristes bouleversements ponctuant la vie de Beattie, nous n’avons jamais l’impression de tomber dans le drame. L’effet de réalité est respecté, et cette attention de l’auteure est appréciable.

J’ai beaucoup aimé découvrir la vie en Australie dans les années 30 : ce sont une époque et un pays dont je lis peu d’intrigues. Cette progressive familiarisation avec une vie dont j’ignorais tout m’a plu, et contribue à la beauté du roman.

Impossible de refermer Fleurs sauvages sans une profonde émotion. La grande force de ce roman repose incontestablement sur ses deux héroïnes. Beattie est une protagoniste incroyable qui marquera la vie des lecteurs qui croiseront son chemin. L’on ne peut qu’être saisi par l’ampleur de l’injustice qui sillonne sa vie et accompagne son destin hors norme. Quelle force, quel courage se dégagent de Beattie ! C’est une femme qui a osé se battre pour son amour et ses convictions, et ce malgré le poids des préjugés de l’époque. Et pourtant, impossible de passer à côté de son immense fragilité. En bref, une héroïne en qui je me suis beaucoup reconnue.
Quant à Emma, elle apporte une dose de fraîcheur et de légèreté à la fin du roman, dont on ne saurait se passer. La tragédie qui entoure son départ précipité pour l’Australie sera, en réalité, l’élément déclencheur d’une  nouvelle vie bien nécessaire à son bonheur. Un fond de romance rappelant les intrigues légères d’une bonne chicklit. Pour cette raison, j’ai apprécié que Beattie soit davantage mise en valeur qu’Emma.

Fleurs sauvages est un roman qui mérite d’être lu et de connaître un franc succès, tant son intrigue et ses personnages sont attachants et émouvants. Une belle histoire à laquelle le dénouement rend honneur.

En conclusion

Fleurs sauvages est un roman magnifique. Une lecture poignante, mêlant secret de famille et thématiques fortes qui bouleverseront probablement ceux qui lui donneront une chance. Un coup de coeur que je vous encourage fortement à découvrir !

La Parisienne

0 réponse

  1. La couverture est effectivement très jolie. Je ne connais pas les éditions Charleston, mais à chaque fois que je lis un billet sur l’un de leurs livres je me dis que cette édition et ce qu’elle propose pourrait vraiment me plaire.

    1. C’est une maison que j’adore, ils sont très sympas et organise des évènements supers chouettes (même si je n’ai pas encore eu la chance d’y participer). Ca vaut le coup d’essayer 🙂

    1. Je te le recommande chaudement 🙂 C’est seulement le deuxième que je lis de Charleston, et je suis très emballée. Je pense suivre très attentivement l’avenir de cette belle maison 🙂

  2. Je viens rattraper mon retard sur ton blog :$ <3
    J'aime beaucoup ces histoires qui se passent en Australie, surtout quand ça date un peu. Je me souviens que j'avais dévoré Les oiseaux se cachent pour mourir quand j'étais ado, et que j'avais pleuré comme une petite fille devant Australia avec Nicole Kidman ^^

    1. Ne t’en fais pas pour le retard, je suis partie une semaine à Berlin donc j’en avais moi aussi !!!
      Je ne connais Les oiseaux se cachent pour mourir que de nom, il faudra que je m’y penche davantage 🙂 peut être que Fleurs sauvages te plairait du coup 😉 Je te le recommande en tout cas !

  3. Je n’aurais pas dû lire. Non. Vraiment.
    Australie.
    Années 30.
    Destins de femme.
    Fraîcheur.
    Lecture poignante.
    Ok. C’est TOUT à fait pour moi. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.